9/22/2016

«COEUR À COEUR AVEC LE PÈRE LAVAL» DU PÈRE BERNARD HYM : Jacques Laval, artisan de la renaissance du catholicisme à Maurice


 
Ce recueil nous fait prendre la mesure du rôle joué par celui qui est venu évangéliser les esclaves nouvellement affranchis.

Vient de sortir, “Coeur à coeur avec le Père Laval”, recueil des correspondances de l’Apôtre de l’île Maurice de 1835 alors qu’il est en formation au séminaire en France jusqu’à quelques jours avant son décès à Maurice en 1864 compilé par le père Bernard Hym, C.S.Sp. Publié par l’auteur avec le soutien de la Société de l’Histoire de Maurice, ce deuxième ouvrage du père Hym, directeur du Centre Père Laval, sur le missionnaire spiritain français du XIXe siècle béatifié par le Pape Jean-Paul II le 29 avril 1979, nous fait prendre la mesure du rôle joué par celui qui est venu évangéliser les esclaves nouvellement affranchis dans la renaissance du catholicisme à Maurice.
Bon vivant, friand de plaisirs mondains durant la première partie de sa vie, Jacques Laval n’était alors pas particulièrement un chrétien exemplaire assidu au culte. Son diplôme de médecine en poche, cela ne l’empêchait pas, pour autant, de faire preuve d’humanité envers des patients dans le besoin incapables de régler les honoraires. C’est dire comment celui qui, selon son biographe, Joseph Michel, avait entre autres, parmi ses grands modèles de sainteté, une certaine Marie-Madeleine se sentait déjà appelé à l’accomplissement d’une grande oeuvre de bonté,
Cette oeuvre, le Père Laval l’accomplira auprès des esclaves nouvellement affranchis de Maurice. S’étendant de 1835, année au cours de laquelle le missionnaire spiritain termine sa formation au séminaire en France à septembre 1864, année de son décès à Maurice, le recueil des correspondances de Jacques Désiré Laval a surtout pour ambition, explique le père Bernard Hym, d’établir comment, grâce à l’oeuvre du Père Laval, la communauté d’anciens esclaves, mais aussi celle des gens de couleur, de même que les Blancs, sont parvenus à vivre la transition post-esclavage comme une véritable renaissance.
Pourtant, quand débarque le missionnaire spiritain il y a 175 ans, dans le vicariat apostolique local, la pratique du catholicisme à Maurice se meure. En raison, notamment, du manque de zèle du chargé, mais aussi de l’indignité de plus d’un clerc. “Je n’ai rien à vous apprendre de bon du clergé. Ce sont des prêtres qui sont venus là pour gagner de l’argent et pour s’amuser. (...) C’est une peste que ces mauvais prêtres et c’est incroyable tout le scandale qu’ils ont donné de cette pauvre île”, écrit ainsi le Père Laval le 22 février 1842 dans une lettre adressée à M. Galais, Supérieur de la Société du Saint-Coeur de Marie qui deviendra, par la suite, la Congrégation des Pères du Saint-Esprit.
Il convient aussi de rappeler le contexte historique de l’époque marquée par la récente conquête de l’île par les Britanniques (1810) et l’implantation dans l’île du protestantisme sur fond de rivalités religieuses propres à ce temps, depuis, révolu. La venue dans l’île d’un missionnaire qui se donne pour objectif l’évangélisation des Noirs est, par ailleurs, perçue avec suspicion par les Blancs, quand bien même catholiques. Parmi ces derniers, certains affublent alors le Père Laval du surnom de “grosse bête noire” pour avoir, entre autres, conduit sur le chemin de l’église de jeunes Noires débauchés par ces mêmes Blancs.
L’ouvrage compilé par le père Hym nous rappelle, par ailleurs, que le Père Laval a été un précurseur en bien des domaines. En matière de catéchèse, par exemple, avec ses auxiliaires laïcs. Plus d’un siècle et demi de cela, l’apôtre de l’île Maurice constituait aussi déjà à travers l’île des communautés de base. Autant d’initiatives prophétiques comme la place à accorder aux laïcs dans la vie de l’église. Après ce deuxième ouvrage sur le Père Laval, le père Hym projette de publier d’ici à deux ou trois ans un ouvrage sur les catéchismes du Père Laval.

9/09/2016

Pèlerinage père Laval : sur le chemin de la miséricorde



Le pèlerinage annuel vers le caveau du Bienheureux père Laval, a réuni de nombreux Mauriciens jeudi soir.

Dans la nuit du 8 au 9 septembre, les Mauriciens ont rendu hommage à ce missionnaire et médecin qui fédéra les esclaves affranchis et les immigrants indiens au XIXe siècle, le père Jacques Désiré Laval. Nous célébrons cette année le 152e anniversaire de la mort du Bienheureux Jacques Désiré Laval, apôtre de l’île Maurice, béatifié en 1979 par le Pape Jean Paul II.

Les Mauriciens étaient nombreux à avoir convergé en famille ou entre amis jusqu’au caveau du missionnaire hier. Cette année, le pèlerinage s’articulait autour du thème « Père Laval, guide-nous sur le chemin de la miséricorde ». Une grande messe en plein air, présidée par Mgr Maurice Piat, s’est tenue à 20 h 30.



« L’Apôtre des Noirs », comme il est surnommé, avait débarqué à Port-Louis en 1841. Il avait la charge de la Mission des Noirs et forma un groupe d’anciens esclaves pour qu’ils deviennent ses aides. Il fit construire des écoles de brousse et des centres de prières à travers l’île. Il n’hésitait pas à rendre visite aux anciens esclaves à l’hôpital et même en prison.

Assisté par d’autres missionnaires, le père Laval guérissait physiquement et moralement tout un peuple. Alors qu’entre 1854 et 1856 le choléra et la variole sévissaient à Maurice, le père Laval se dévoua à l’extrême pour les malades et les mourants. Il est mort en 1864, à la suite d’attaques d’apoplexie.

Pélèrinage au tombeau du Père Laval


PUBLICATION - À L’INITIATIVE DU PÈRE BERNARD HYM : Les lettres du Père Laval rassemblées dans une nouvelle publication

 
“Cœur à cœur avec le Père Laval” lancé deux jours avant l’anniversaire de sa mort mais aussi dans le cadre du 175e anniversaire de son arrivée à Maurice

Un récit de la vie de l’apôtre des Noirs à Maurice tel qu’il la raconte lui-même à travers son courrier mais aussi un fort témoignage historique de la vie telle qu’elle était dans notre île de 1841 jusqu’à sa mort en 1864. C’est ce qu’on peut découvrir dans Cœur à cœur avec le Père Laval, le deuxième livre publié par le père Bernard Hym sur le premier prêtre spiritain de l’océan Indien.

Quelques jours avant sa disparition, le Père Laval adressait toujours des lettres. Animé par la passion et la curiosité au sujet de la vie de ce prêtre français qui a donné sa vie pour les Mauriciens, le père Bernard Hym, qui est à Maurice depuis 25 ans, les rassemble dans un deuxième livre sur le Père Laval. L’ouvrage a été lancé à la mairie de Port-Louis mercredi avec le soutien de la Société de l’Histoire de l’Île Maurice. Ce lancement, deux jours avant l’anniversaire du Bienheureux, intervient aussi dans le cadre du 175e anniversaire de son arrivée à Maurice.

Le choix de la mairie de Port-Louis comme lieu de lancement du livre s’explique du fait que dans les dernières lettres de l’apôtre des Mauriciens, celui-ci demande l’aide de la mairie pour aider les pauvres. « La municipalité de Port-Louis, qui était sise à la Rive des Remparts, aujourd’hui, rue Edith Cavell, a été aux côtés du Père Laval pour aider les pauvres », rappelle le père Bernard Hym.
Cela a pris une année pour compiler les écrits du Bienheureux Père Laval, avec le soutien d’une équipe de collaborateurs et de rédacteurs. Mais, pour le prêtre responsable du pèlerinage à Sainte-Croix, « cela a été une année de privilège ». Donnant un aperçu des actions de l’apôtre des pauvres, il devait ainsi dire : « La prison, le Père Laval l’a connue six mois après son arrivée. Personne ne voulait aider les prisonniers. C’était leur faute, il fallait qu’ils payent, disait-on. Mais, le Père Laval voulait les aider. Il a dû passer 4 000 heures dans cette prison, priant avec les prisonniers, célébrant l’Eucharistie et accompagnant les neuf condamnés à l’échafaud, peu importe s’ils étaient catholiques ou pas. »

De plus, selon Bernard Hym, le Père Laval « ne faisait pas de cadeau à son époque ». « J’ai donc demandé à l’évêque, Mgr Maurice Piat, si je pouvais parler de ce que le Père Laval disait du clergé de l’époque et à la Société de l’Histoire de Maurice si je pouvais dire ce qu’il disait des Blancs de l’époque. La réponse a été la même : “Notre histoire, c’est notre histoire, nous avons à assumer notre histoire et nous avons besoin de voir les changements qui se sont opérés.” En effet, neuf ans après son arrivée à Maurice, le Père Laval constate des changements : des églises et des chapelles partout ».
Lors du lancement, mercredi, Raymond d’Unienville, de la Société de l’Histoire de l’Île Maurice, devait indiquer que « par vocation, par curiosité et par besoin de savoir, le Père Hym est allé sonder les Archives spiritaines en France où il a découvert un trésor : toute une masse de documents signés du Père Laval et qu’il a reconnus comme étant extrêmement importants pour l’Histoire de Maurice ». Grâce à des dons anonymes, dit-il, la mise sur le marché de la publication a pu se faire à un prix dérisoire, soit Rs 250 dans un premier temps. « Le livre vaut bien plus que ce prix et profitera aux admirateurs du Père Laval qui pourront plonger dans l’intimité de sa vie. Ce sont des lettres à sa famille, à ses confrères, à ses supérieurs… Il écrivait à son directeur à Paris pour lui raconter ce qui se passait à Maurice et racontait en détail tous les aspects de sa mission. Nous espérons que le public catholique et non-catholique aura l’occasion d’en prendre lecture ».

La publication comprend également, dans les dernières pages, le “petit catéchisme” du Père Laval. Le père Hym ne cache pas sa joie d’avoir récemment découvert le catéchisme du Père Laval dans sa version kreol de même que son “grand catéchisme”. « Le Père Laval ne cessait d’adapter la manière de présenter l’Évangile aux gens pour qu’ils puissent mieux le faire entrer dans leur vie. C’est donc plein de ratures mais je vous promets, dans trois ans, on publiera un ouvrage sur les catéchismes du Père Laval qui restaient jusqu’ici inaccessibles ». Pour rappel, le père Hym a publié en 2014 Mort il y a 150 ans, le Père Laval est toujours à l’œuvre.
Le Mauricien

9/08/2016

Pèlerinage Père Laval


Ces "Père Laval" d'aujourd'hui


Documents historiques : les saintes colères du Père Laval


Tout le monde en prend pour son grade. Quand Jacques-Désiré Laval prend sa plume, il n’épargne ni les possédants, ni le clergé de l’époque. Il ne cache rien. Surtout pas son découragement quand il se retrouve seul, pendant cinq ans, à travailler jusqu’à l’épuisement. Sa mission: sauver les âmes d’environ 70 000 à 80 000 Noirs, entre les années 1841 et 1864.

Jacques-Désiré Laval, une figure emblématique, mais avant tout un homme. Voilà ce qui ressort du recueil de lettres du missionnaire, patiemment compilées et mises en contexte par Bernard Hym, prêtre et directeur du pèlerinage. L’ouvrage de près de 400 pages, Cœur à cœur avec le Père Laval à travers ses écrits, sera lancé le mercredi 7 septembre, juste avant la nuit qui voit affluer des milliers de Mauriciens au caveau du bienheureux.

Toutes ces lettres sont conservées aux Archives générales de la congrégation du Saint-Esprit en France. Il existe 475 pages, recopiées à partir des originaux, au moment du procès de béatification de Jacques-Désiré Laval. «Le moment où tout ce qui le concerne est vérifié», précise Bernard Hym. Ces copies peuvent également être consultées aux Archives spiritaines à Sainte-Croix.

Ces lettres sont un témoignage de première main de la société mauricienne du milieu du XIXe siècle. Par-delà les siècles, Jacques-Désiré Laval nous fait un cours d’histoire. Lui, le prêtre français, est arrivé à temps, car le «gouvernement anglais ne veut pas que (l’évêque William Collier) emploie des prêtres français; de sorte que me voilà seul pour ces pauvres gens». Plus loin, il souligne: «L’anglais ne sert à rien, on parle le français et une espèce de patois qu’on appelle créole; c’est un français corrompu. Je l’entends maintenant assez bien et commence un peu à le parler.»

Si le recueil de lettres démarre en 1835 – année où Jacques-Désiré Laval entre au séminaire – la plus criante est la première lettre qu’il écrit après son arrivée à Maurice. À 38 ans, le missionnaire a du vécu. Il a été médecin pendant cinq ans, il avait un projet de mariage, qui ne s’est pas concrétisé. C’est un homme relativement aisé qui fait une croix sur les biens matériels. C’est d’ailleurs une autre question qui traverse ses lettres: faire don légalement de ses biens à sa congrégation.

 
Un recueil de lettres, «Cœur à cœur avec le Père Laval», sera lancé mercredi.
 

Que possède Jacques-Désiré Laval? La première lettre nous renseigne. «Les terres que je possède à Croth, c’est du bien patrimonial, il y en a 4 arpents, 30 ou 40 perches estimées à 3 600 francs.»

Il a tout quitté pour «cette pauvre île Maurice», écrit-il le 22 février 1842. «Pauvre», à cause des mœurs et des préjugés de couleur. Des anciens maîtres d’esclavages devenus leur employeur, il note: «Je trouve beaucoup d’opposition de la part des Blancs, qui voient d’un œil d’envie qu’on ne fait aucune distinction, dans la maison de Dieu, de couleur et de condition, et plusieurs maîtres refusent de laisser leurs pauvres domestiques assister aux instructions (...) Je ne suis pas trop bien auprès des Blancs, moi qui ne veux m’occuper que des Noirs.» On saura par la suite que des jeunes viendront semer le trouble à la cathédrale et l’attendre avec un gourdin.

À propos des Noirs, il écrit: «Il n’y en a presque pas de mariés à l’église. Ils se quittent et se reprennent plusieurs fois (...) il y a un luxe et une vanité qui passent l’imagination.»

Ses collègues n’échappent pas à son sens critique. «Ce sont des prêtres qui sont venus là pour gagner de l’argent et pour s’amuser (...) Cependant en voilà trois d’interdits et de chassés (...) C’est incroyable tout le scandale qu’ils ont donné dans cette pauvre île.» Plus loin, une note de bas de page reviendra aussi sur le cas du prêtre expulsé pour pratique illégale de la médecine, parce qu’il a pratiqué une césarienne sur une femme morte en couches, pour baptiser son enfant.

Le missionnaire ne voit pas non plus d’un bon œil la concurrence des Anglicans. «Nous avons par malheur ici beaucoup de ministres protestants et des écoles de la secte des méthodistes, qui font beaucoup de mal et qui attirent tous les enfants de ces pauvres Noirs.» Cela dans des écoles... gratuites.

Bien que parfois répétitives, ce corpus de lettres, sur lequel Bernard Hym a travaillé pendant 20 ans, est une mine d’informations sur l’île Maurice du Père Laval.
 
 

9/06/2016

Lancement d’un livre compilant les lettres écrites par le Père Laval



Le Centre de Pèlerinage Père Laval, soutenu par la « Société de l’Histoire de Maurice », procèdera au lancement du livre du Père Bernard Hym, compilant les lettres écrites par le Père Laval le mercredi 7 septembre 2016 à 15h00 à la Municipalité de Port-Louis.La correspondance du Père Laval s’étend de 1835 jusqu’à sa mort. Son courrier permet de suivre le médecin, puis le séminariste, le prêtre et enfin le missionnaire de l’Ile Maurice.L’auteur de cette publication, le père Bernard Hym, témoigne de l’importance de publier ces lettres du Père Laval : « c’est, pour nous à l’Ile Maurice, non seulement un devoir de mémoire, mais surtout un moyen de sortir des idées toutes faites, et souvent caricaturales, sur la période post-esclavage (…)
Le Père Laval, nous l’aimons ! Alors, entrons un peu plus dans son intimité et laissons-nous séduire, à notre tour, par cet homme si proche des plus pauvres, parce que proche de Dieu. Il a ouvert les anciens esclaves à leur propre dignité en leur ouvrant l’Evangile. Dans son regard plein de tendresse, il leur a permis de se laisser regarder par le Dieu d’amour. Tout un peuple le vénère, et pas seulement la communauté créole, car il écoute chacun, dans ses peines et ses joies, dans la reconnaissance ou dans la supplication. Il est encore de nos jours, dans le cœur de tant de Mauriciens et de pèlerins venus de partout vers Sainte-Croix ».
L’auteur
Comme la plupart des Français, le Père Bernard Hym ignorait tout de la géographie et de l’histoire d’une petite île perdue dans l’Océan Indien ; rien ne le préparait à connaître et à faire connaître le Père Jacques-Désiré Laval. Il débarque le 3 septembre 1988 à l’Ile Maurice ; c’est un choc pour lui de découvrir l’attachement des Mauriciens pour le Bienheureux Père Laval, ce premier Spiritain à avoir travaillé dans l’Océan Indien. Le Père Bernard Hym est séduit par le Père Laval et surtout par sa façon de travailler en faisant confiance aux laïcs. Le Père Laval, un homme si attachant, va être la passion de 25 ans de recherches tant à Maurice qu’en France et en Angleterre.
En 2014, le Père Bernard Hym est poussé à partager ses découvertes en publiant un livre : «Mort il y a 150 ans, le Père Laval est toujours à l’œuvre ».
Aujourd’hui, nous sommes en présence d’un autre livre sur les lettres que le Père Laval a écrites depuis 1835, quand il était encore en Normandie jusqu’à quatre jours avant sa mort à l’Ile Maurice le 9 septembre 1864.

8/22/2016

Annulé : Pèlerinage du bienheureux Jacques-Désiré Laval à Pinterville 2016


Pour des raisons liées à l’état d’urgence et à l’impossibilité d’assurer la sécurité exigée par la préfecture le pèlerinage du bx J-D Laval 2016 à Pinterville est malheureusement annulé.