12/16/2005

Le 2 avril 2005, Jean-Paul II nous quittait

L’année 2005 fut marquée par la mort du Pape Jean-Paul II. Une chose est peu connue : le Père Laval fut sa première béatification. Le Saint-Père plaça son pontificat sous la protection de cet humble missionnaire, apôtre de l’île Maurice. Son successeur, le Cardinal Joseph Ratzinger a pris le nom de Benoît XVI, en référence à Benoît XV qui avait signé, à Rome, le 26 juin 1918, le Décret d’Introduction de la Cause de Béatification et de Canonisation du Serviteur de Dieu Jacques-Désiré Laval.

La cérémonie de béatification de Jacques-Désiré Laval eut lieu le dimanche 29 avril 1979, en la basilique de Saint-Pierre de Rome. La messe fut concélébrée par le Pape Jean-Paul II.

Le Souverain Pontife prononça une homélie, par laquelle il indiqua officiellement le rôle spirituel tenu par le bienheureux Jacques-Désiré Laval. Il parla de la vie, des vertus du nouveau bienheureux, de sa mission évangélique et des difficultés rencontrées lors de son activité apostolique. Le Saint-Père invita aussi les chrétiens du monde entier à le prendre pour modèle : « Que l’exemple du Père Laval encourage tous ceux qui, sur le continent africain et ailleurs, s’efforcent de bâtir un monde fraternel, exempt de préjugés raciaux ! » Au moment de l’offertoire, douze Mauriciens avaient porté à l’autel des présents pour le Pape. Ces offrandes représentaient les divers aspects de la culture mauricienne : des bougies fabriquées par les sœurs de Bonne-Terre, une lampe indienne, un dragon chinois, une carte de Maurice en basalte, une autre en fibre de verre et des fleurs du pays. Au nom des Mauriciens, une maquette du « Tanjore », vaisseau qui avait conduit le Père Laval à Maurice fut aussi remise au Saint-Père.
Si de nouveaux miracles apportent un complément de preuves au dossier, l'Eglise ouvrira un procès de canonisation, suivi d'un vote, et le bienheureux Père Laval sera déclaré « Saint ».

Le livre de Benoît Smerecki « Sur les pas du bienheureux Jacques-Désiré Laval, de sa Normandie natale à l’île Maurice», publié aux Editions Alizio, actuellement disponible dans touts les bonnes librairies mauriciennes, revient, par le mot et l’image, sur la vie de l’Apôtre de l’île Maurice, son procès en béatification, la cérémonie du 29 avril 1979, mais aussi sur la visite de Jean-Paul II, à Maurice, les 14 et 15 octobre 1989. Cet ouvrage, largement illustré, est à offrir, à l’occasion des fêtes de Noël, pour revisiter la vie du Père Laval, et se souvenir des années Jean-Paul II.

9/22/2005

Pour une République solidaire

«Montagn pas zoinn, me Per Laval fer bann zil e so bann dimoun zoinn.» Cette vérité, réitérée par le P. Mongelard, les peuples de de la République de Maurice (agaléen, chagossien, mauricien et rodriguais) l'ont vécue lors du pèlerinage au tombeau du Père Laval, le 9 septembre. A la place de l'homélie, des témoignages.

Le leader du Groupe Réfugiés Chagos, Olivier Bancoult, a rappelé la souffrance des Chagossiens et a invité l'assistance à soutenir leur combat.

«Souvan zot ti appel nou e dir ki nou bann kreol de zil. Zot panse : «Ki sa bann kreol de zil­la pe rode ? Zot pa bien Moris ?' Seki mo anvi dir : nou pa pe rod plis seki nou androi. Nou lalit, li pa plis, li pa moin. Zot bizin konpran nou soufrans. Inn derasinn nou dan nou pei, inn amen nou isi...Reflesi enn tigit, pans enn kou : tir tou dimoun dan moris e amenn zot viv dan enn zil, eski zot ti pou kapav viv... ? Nou pa pe kapav onor nou bann anset. Bizin nou retruv nou zil, retruv nou bann anset... A nou servi lexamp Per Laval ki ti toujour kot bann oprime.»

Parlant des problèmes auxquels font face les Rodriguais à Maurice, Patrick et Joanna ont demandé aux fidèles : «Esey konpran nou, li pa fasil nou kit nou later natal pou vinn isi. Souvan li par obligasion ; parski bizin travay ou bien pou lekol ou malade. Nou tris nou kit nou later natal pou viv isi tousel. Tou nou bann fami laba. Pou sertin, soi zot paran ou zot zanfan ki laba... Seki nou later natal inn donn nou, zame nou pou kapav blie. Lavi moris pa parey kouma nou later natal. Lavi, li enn lot isi.»

Pour sa part, le leader de l'Association des Amis d'Agalega, Laval Soopramanien, a insisté pour qu'il y ait solidarité dans le combat que mènent les peuples des quatre îles de la République et compréhension entre eux. « Fodre pa blie ki bann kreol ki sorti de bann zil ena zot par dans developma Moris. Ki li dan lepor avek bann doker, o nivo lapes e dan bann travay ki pli difisil.» Il fait un appel pour que cette initiative de se rencontrer se renouvelle afin d'affermir les amitiés entre les îles. «Nou bizin less nou diferans de kote; anou travay pou lavenir...»

C'est une chorale composée d'Agaléens, de Chagossiens et de Rodriguais qui a animé la cérémonie, présidée par le père Gérard Mongelard, aumônier de la communauté rodriguaise installée à Maurice.

Texte : Sylvio Sundanum

Pran zot plas pou anons levanzil

MESSE DES JEUNES

«Anou vinn koman bann zanfan Per Laval ki pa ti nek res gete kas poz me ki pran zot lavi dan zot lame». C'est en ces termes que le père Jean-Michaël Durhône a conclu son homélie lors de la messe des jeunes.

Le père Jean-François Comole, qui présidait la cérémonie, a dans son mot de bienvenue, rappelé l'engagement du Père Laval qui n'a pas hésité à se mettre au service des autres en annonçant l'évangile. Il a invité ceux présents à ne pas tourner le dos à leurs responsabilités en refusant de prendre le chemin que Dieu a indiqué.

Le père Durhône a, dans son homélie, mis l'accent sur le sens du pèlerinage. «Bien bon vinn marse (...) me nou bizin pa tom dan sa mentalite kot nou dir : me ki Per Laval pou fer pou nou?» Pour lui, il est trop facile de tout mettre entre les mains du Père Laval «e less li debrouil so difil ar Bondie».

Il s'est alors appesanti sur le mot «kouman» dans le thème du pèlerinage. «Sa mo 'kouman' vinn rapel nou ki nou pa kapav croiz lebra res attann, res gete, res spektater» Pour le père Durhône, l'Église est comme une famille. «Si zis enn ki pran responsabilite pou kui manze, fer louvraz, okip ledikasyon, pa pou kapav avanse».

Il a déclaré qu'on ne peut vivre son engagement seul au sein de l'Église mais qu'il faut le vivre avec les autres.

Il a exhorté l'assistance à prendre ses responsabilités en toute humilité et invité les jeunes à être plus responsables dans leurs études, à mettre leurs talents au service des autres, à vivre l'amour durable. Citant le pape Benoît XVI qui a déclaré que l'avenir de l'Église c'est la jeunesse, il a demandé aux jeunes de ne pas être des spectateurs mais de «pran zot plas pou anons levanzil».

A la fin de la célébration, les participants aux dernières JMJ ont témoigné de l'expérience qu'ils ont vécue à Cologne.

Texte : Jean-Marie St-Cyr , La Vie Catholique

9/19/2005

Paroisse Père Laval


Louviers – Boucles de Seine
Journée paroissiale
Dimanche 9 octobre 2005.

- Messe unique à 9h30 à Notre Dame, puis présentation du Père Laval (sa vie et sa spiritualité) par un spiritain. Echange.
- Apéritif et pique-nique salle des Remparts.
- Marche vers Pinterville et Témoignage du « réseau jeunes et mission. »
- Prière finale.

Bondie pann abandonn-nou

MESSE EN KREOL

«Les chorales et les animateurs de la région Ouest se sont regroupes pour animer cette messe. Car souvent, il y a des préjugés quand on est en groupe. Zordi li enn rekonesans e li enn lazoi pou nou. Inn demann enn gro zefor e nou resi travay ansam o non levanzil», a déclaré le père Pierre Piat, curé de la paroisse Ste-Anne, Chamarel, lors de son homélie, à l'occasion de la messe en kreol, qui a été concélébrée par des prêtres du diocèse.

Le P. Piat a invité l'assistance à réfléchir sur l'action du Père Laval auprès des esclaves, des pauvres, des petits et des prisonniers. «Ler Per Laval debark Moris, ti ena enn popilasion ki ti fek libere de lesklavaz. Zot ti bizin lite pou viv. Nou kone ki lavi li pa fasil. Souvan zot bann blese de la vie. Zot koma bann brebi san berze. Me Per Laval ti a zot kote... Nou bizin pas blie ki Zezi ti ena enn lamour spesial pou bann dimoun ki blese. Zordi osi bann dimoun a traver bann leprev ek difikilte, souvan nou ena linpresion ki nou abandone parey kouma lepok Moise kot ti ena esklavaz».

Le père Piat a rappelé que chacun a ses problèmes. «Nou tou nou ena nou lazoi e nou la penn. Nou ena nou kouraz pou avanse, me nou ena nou bann eprev nou osi, kot nou bizin lite pou viv. Mo pans mo mem-mo ena mo difikilte mo leprev sak zour... Mo pans bann difikilte ki bann dimoun ena dan lavi. Ena ban fami ki ena divizion dan zot lavi, ki viv leprev separasion.»

Il a souligné aussi que nous vivons dans une période précaire que ce soit au niveau du logement ou au niveau du travail. «Pena sekirite dan travay, ena linzistis e pena enn bon revni pou subvenir bezoin nou fami. Ena osi bann fami ek bann zen ki soufer akoz problem ledikasion. Zot santi zot andeor. Lavi li pa fasil : li enn «challenge», fodre pa kroir ki bondie inn abandon nou. Bondie ape travay. A lepok Moise li truv lamiser so pep, li appel Moise pou fer enn travay liberasion avek zot... »

Le Père Piat a conclu sur l'action du Père Laval sur la responsablité et la formation. «Asosie nou a sa gran travay liberasion ki Per Laval ti pe fer avek Bondie. Li fer dimoun konfians. Nou isi nou ena enn par responsabilite, ki li dan fami, dan mouvman, parois e dan lavi sosial. Nou ena enn rol diferan. Nou tou Bondie inn donn nou enn responsabilite. Ki manier nou viv sa ? Nou bizin soutenir seki ena sa responsabilite, ki li dan vilaz e dan parois.Mersi pou bann dimoun ki donn zot letan, zot lamour, et zot konpetans o servis bann dimoun. »

Texte : Sylvio Sundanum

Père Laval : Apôtre de l'unité mauricienne

MESSE DE 20H TÉLÉVISÉE EN DIRECT

L'hommage rendu au Père Laval a dépassé le cercle des catholiques à travers la messe, très priante, de 20h, télévisée en direct le jeudi 8 septembre dernier. A Sainte-Croix, un grand nombre de Mauriciens se sont réunis en prière lors de cette eucharistie présidée par Mgr Maurice E. Piat et concélébrée par plusieurs autres prêtres.
Dans son homélie, l'évêque a longuement insisté sur trois des spécificités que nous a laissées le Père Laval (amour, solidarité et empowerment). De plus, dit-il, il faut savoir dire la vérité. «Une vérité nous rend libres comme nous le dit Jésus.» Il a invité toute l'assistance à prier et à participer à la mission de Jésus Christ à l'exemple du Père Laval qui a eu un grand effet sur l'histoire de l'Eglise à Maurice, tout comme sur l'histoire de notre pays. «Per Laval finn donn nou sa leritaz-la et nou bizin met li au servis de bann lezot dimounn... fer li friktifie.» Il est celui qui a réconcilié le peuple mauricien avec Jésus, a souligné Mgr Piat.

Amour gratuit, fidèle, profond et patient

L'amour pour le peuple mauricien est le premier héritage qu'il a laissé aux Mauriciens, a précisé l'évêque. Un amour présent dans son cœur tout au long de son séjour à Maurice, soit pendant plus de vingt-cinq ans. Et ce, malgré les critiques des uns et l'immoralité des autres.
Mgr Piat a invité l'assistance à prendre connaissance de cet amour présent à travers les lettres du Père Laval, envoyées à sa famille, ses amis prêtres, ses supérieurs en France, racontant sa mission à Maurice.
Cet amour, ajoute-t-il, l'a poussé à dire des vérités. «Li finn dir nou seki pa bon dan nou, li finn met en valer saki bon, li finn apran nou langaz kreol... li finn fer katesis kreol et tou sa pou li tir nou dan nou pese.»
De par cet amour gratuit, fidèle, profond et patient ainsi que ses paroles jugées crédibles, le Père Laval était comme un reflet de l'amour du Christ pour les plus pauvres et les plus riches. Sa vérité libérait beaucoup de gens.
Ce même amour, ajoute l'évêque, doit s'étendre au niveau du pays, du peuple mauricien, de nos voisins, de tous les membres de l'Eglise, des frères et sœurs des autres religions, de ceux et celles qui sont tombés dans les fléaux de la drogue et du sida. L'amour aide à s'épanouir et à grandir sainement.

Solidarité cultivée

Mgr Piat a passé en revue les grands gestes de solidarité du Père Laval lors de l'épidemie de choléra dans la capitale : l'initiative de construire des écoles pour les enfants pauvres (première confrérie de St Vincent de Paul et les écoles fondées par les religieuses Filles de Marie et Bon Secours) et des églises (dont parmi le don d'un lopin de terre à Sainte-Croix pour la construction de l'église de Sainte-Croix par Zamor Bongoût, un esclave libéré). Il a appris le peuple à s'entraider dans l'éducation, avec les pauvres, les malades et aussi les économiquement faibles. Il a ainsi invité tout le monde à adopter cette attitude envers les plus pauvres. «Zot osi zot ena talan pou ki zot kapav rant dan lakours zot osi.»

Empowerment

L'évêque a aussi parlé de 'l'empowerment'. Le Père Laval, dit-il, a passé la fin de sa vie au confessionnal de la Cathédrale réconciliant le peuple avec Dieu et donnant la chance aux autres de prendre des responsabilités (catéchisme, entraide, écoute, soins aux malades et accompagnement des couples en difficulté).
De même, dit-il, aujourd'hui la mission de la paroisse est de libérer les opprimés (catéchèse, service social, liturgie, éducation, couples en difficulté) et d'aider ceux qui ont besoin de se réconcilier avec Dieu.
Pour terminer, il a invité toute l'assistance à prier pour les vocations de prêtres, de religieux/ses et de vrais couples fidèles et croyants.
Notons que la célébration était rendue d'autant plus priante grâce à la chorale de Moka.

Sandra Potié , La Vie Catholique, le 22 septembre 2005

9/12/2005

Sur les traces du père Laval

Une des activités de Seva Shivir, organisation sociale, est désormais entrée dans les mœurs : offrir un repas végétarien composé de tipouri, de curry de légumes, de salades et de chutney aux participants au pèlerinage en mémoire du père Laval, le 8 septembre. « Le mot Seva veut dire service. Nous voulons l’étendre à l’ensemble de la communauté mauricienne. Nous estimons que nous avons un service à rendre à tous les Mauriciens qui participent au pèlerinage au père Laval. Plusieurs groupes nous aident à réaliser ce projet. Nous nous sommes concentrés sur les repas », explique Anand Ramsewak, porte-parole de Seva Shivir. Cette année, ils ont eu besoin de 17 balles de farine de 50 kg, 100 kg de gros pois, 20 caisses de 20 kg de tomates, 200 kg de pommes de terre, 50 kg de carottes, 50 kg de besan et de farine pour la fabrication de tibadja, de même qu’une équipe de 150 personnes divisée en six groupes, plus dix autres volontaires qui ont assuré la cuisson douze heures durant. « Les enfants sont en grande partie à la base de l’entrée de Seva Shivir à Sainte-Croix. Les enfants d’Anand Ramsewak font partie du 22e groupe de scouts de Port-Louis dont je suis le responsable. Quand il nous a parlé de son projet, c’est avec joie que nous avons apporté notre contribution », déclare Georgette Williams.

Article publié dans L'EXPRESS, le Dimanche 11 septembre 2005.

Mgr Maurice Piat, évêque de Port-Louis: "La solidarité: un devoir et non une option"

Pèlerinage père Laval 2005

Rappelant l'héritage que le père Jacques Désiré Laval a légué à la population mauricienne, l'évêque de Port-Louis, Mgr Maurice Piat a appelé, jeudi soir, à la solidarité nationale envers les plus démunis. C'était lors de son homélie à l'occasion de la principale messe du pèlerinage 2005 au tombeau du Bienheureux à Ste Croix.
"La solidarité est un dévoir et non une option", devait, notamment, affirmer le chef de l'Église catholique locale. Il a identifié l'économie, l'éducation et la santé comme autant de domaines où une telle solidarité envers les plus faibles devrait être effective.
L'évêque de Port-Louis devait dire, en substance, qu'il refusait de croire qu'il n'y aurait pas d'alternative à la pensée ambiante en matière d'économie. "D'autres voies sont possibles dont celle d'un soutien plus actif aux petites entreprises", a-t-il soutenu.
Partant d'Éducation, Mgr Piat devait réitérer la foi de l'Église en une école solidaire basée sur l'entraide plutôt qu'en un système fondé sur une "compétition féroce" qui ne peut que "détruire nos enfants".
Sur le plan de la Santé, enfin, l'évêque de Port-Louis a appelé à la compassion à l'égard des malades du sida "de plus en plus nombreux", et qui, devait-il dire, "ont tout aussi droit au respect de leur dignité". Sur ce dernier point, l'évêque de Port-Louis a tenu à remercier les responsables des paroisses de la région portlouisienne qui ont démarré, depuis quelque temps, un programme de soutien en faveur des victimes du VIH//sida.
Le pèlerinage officiel au tombeau du Bienheureux père Laval qui a démarré dans la soirée de jeudi dernier s'est poursuivi vendredi - jour de la fête - et hier, samedi quand a eu lieu le pèlerinage des handicapés.
Six autres messes sont prévues au sanctuaire de Ste Croix ce dimanche. Mercredi prochain, 14 septembre aura lieu le pèlerinage de La Vie Montante (personnes du troisième âge). Les célébrations dans le cadre du pèlerinage officiel prendront fin le dimanche 25 septembre.
Dans la mesure où la fête père Laval 2005 s'intercalait entre un jour férié et un week-end, il semble qu'un nombre encore plus important de fidèles a tenu, cette année, à participer au pèlerinage. Parmi, des milliers de jeunes qui ont bravé le froid pour assister à la messe de minuit dite par le père Jean-François Comole.

Week-end, le dimanche 11 septembre 2005

9/09/2005

Un pas vers la réconciliation

L'évêque de Port-Louis, Mgr Maurice Piat, célébrant la messe dans le cadre du pélèrinage marquant le 141e anniversiare de la mort du bienheureux père Jacques Désiré Laval, apôtre de l'île Maurice.
Photo Rajenee Panchoo, Le Matinal, le vendredi 9 septembre 2005

"C'est parce que le bienheureux Père Laval aimait le peuple de Maurice qu'il a pu lui dire ses vérités en face. Il voyait ses qualités comme ses défauts. C'est à travers ce genre de franchise que nous pourrons réconcilier les Mauriciens toutes communautés confondues". Telles sont les paroles de Mgr Maurice Piat, l'évêque de Port-Louis, lors de la messe de 20 heures à Ste-Croix, dans le cadre du pèlerinage célèbrant l'anniversaire de la mort de l'apôtre de Maurice, le bienheureux Jacques Désiré Laval. Les pèlerins étaient nombreux à venir rendre hommage à cette icône reconnue par tous. Le thème choisi cette année est : "Vin responsab to legliz koman enn zenfan per Laval" et pour Mgr Piat, comme de "vrais enfants de Père Laval, nous devons aimer notre peuple multicolore afin de pouvoir lui dire la vérité sans peur. Cela aidera notre pays à grandir". Mgr Piat ajoute que le Père Laval nous a aussi appris à être solidaires. "Aujourd'hui, nous devons accueillir cet héritage-là et vivre solidaire avec le peuple mauricien". Citant le domaine éducatif, il souligne qu'il faut stopper la compétition et prôner une école solidaire où primerait l'entraide. Selon l'évêque, le Père Laval a aussi appris au peuple mauricien à déléguer les responsabilités. "Beaucoup de personnes peuvent désormais partager les responsabilités des prêtres en assistant les malades ou en faisant du service social", a-t-il dit. "Nous devons mettre cet héritage du Père Laval au service du peuple. Cela nous mènera vers le chemin de la réconciliation" a conclu Mgr Piat.

Valérie Olla, Port-Louis, le 8 septembre 2005

Relire notre histoire (suite et fin)

LES AUXILIAIRES LAÏCS

Recrutement

A l'arrivée du Père Laval à Maurice, presque aucun Noir n'est marié religieusement. Son premier objectif fut de régulariser les unions illégitimes et de constituer des familles chrétiennes. C'est donc vers les adultes qu'il oriente son apostolat. Cela explique que ses auxiliaires laïcs furent, en principe, des personnes mariées. Nous ne connaissons que quelques exceptions à cette règle : une veuve, un jeune homme estropié et deux ou trois femmes célibataires. Cela explique aussi la moyenne d'âge assez élevée de ces auxiliaires au moment de leur appel à l'apostolat : un peu plus de 34 ans.
Souvent, il n'est pas possible de savoir avec certitude qui, de l'homme ou de la femme, était catéchiste : Plus d'une fois, les documents font état d'une totale collaboration entre le mari et la femme qui, comme dans la chapelle de Montagne-Longue, président ensemble les réunions du soir. Seule exception à cet accord parfait, le ménage de J. M. Prosper : la femme, qui avait fait «quelques difficultés» au mariage religieux, n'est presque jamais marraine d'adultes.
Une grande originalité de la phalange des auxiliaires du Père Laval, c'est que les femmes - autant que nous pouvons en juger par les noms connus avec certitude - y seront les plus nombreuses. A Port-Louis, des femmes furent les premières auxiliaires du Père Laval. Dans les districts de Pamplemousses, de la Rivière-Noire, des Plaines-Wilhems et de la Savane, le catéchisme fut d'abord enseigné par des femmes.
A l'exception de trois femmes malgaches, tous les catéchistes étaient des créoles ; cela se comprend aisément : les créoles formaient près des quatre cinquièmes de la population des affranchis, ils étaient généralement plus instruits, et leur langue maternelle était comprise de tous.

Formation et vie spirituelle

Tous ne savaient pas lire. Chez ces Noirs analphabètes, qui ne se sont jamais assis sur un banc d'école, la mémoire est d'ordinaire très développée. «Ils ne savent ni lire ni écrire, remarque O'Dwyer, curé de Flacq, mais ils apprennent par cœur facilement : il y en a qui sont capables de réciter un nombre infini de prières et tout le catéchisme.»
Le Père Laval «n'a jamais eu d'instruction pour la formation spéciale de ses catéchistes» (Thévaux). Des contemporains ont bien parlé d'école de catéchistes, mais tous les catéchistes de Port-Louis et un grand nombre de ceux des quartiers ruraux n'ont connu d'autre salle d'école que le petit pavillon du presbytère et l'église Saint-Louis.
Aussi l'institution des catéchistes et des conseillères aurait été un échec sans «le soin extraordinaire que le missionnaire avait, dès le principe, apporté à la préparation des catéchumènes au baptême, au mariage et à l'Eucharistie», sans sa volonté de viser non le nombre mais la solidité.

Rôle

La mission essentielle du catéchiste est de décharger le missionnaire de la première instruction des catéchumènes. «L'affluence des Noirs qui venaient au Père Laval pour se convertir augmentant toujours, son temps et ses forces n'y suffisaient plus. Il nomma alors, dans chacun des quartiers de la ville, des personnes dont la charge était d'instruire ceux qu'il leur envoyait tant pour les préparer au baptême qu'à la réception des sacrements de pénitence, du mariage et de l'Eucharistie» (Thiersé).
Presque toujours le catéchiste exerce un métier; c'est donc dans la soirée, dans une pièce de sa maison spécialement aménagée qu'il reçoit les catéchumènes de son voisinage, hommes, femmes, jeunes gens et jeunes filles qui, eux aussi pour la plupart, viennent de terminer leur journée de travail. Les catéchistes reçoivent des gens envoyés par le Père Laval ou par la conseillère du quartier, d'autres sont leurs recrues personnelles ou sont venus spontanément. A noter aussi la présence dans leur auditoire de catéchumènes venus de la campagne pour se préparer au baptême et, plus souvent, au mariage.

Rétribution et considération

La plupart des catéchistes vivaient de leur métier et leur travail apostolique était entièrement bénévole. Quatre d'entre eux seulement, sans doute employés à plein temps, furent rétribués pendant au moins dix ans. En 1851, leurs salaires représentaient 1/3 des dépenses de la communauté spiritaine (cinq pères) pour la pension et la table, un domestique, l'entretien d'une mule et de trois ânes.
Tous les catéchistes jouissaient d'une grande considération que le Père Laval entretenait avec soin. Quand un conflit surgissait entre l'un d'entre eux et sa petite communauté de chrétiens et de catéchumènes, il annonçait sa visite, faisait prier, écoutait, interrogeait, expliquait et, faisant l'office non d'un juge mais d'un bon père, il rétablissait la paix au nom du Christ : «Maintenant, mes enfants, vous allez embrasser la croix de N.S.J.C. ; vous vous rappellerez que Notre-Seigneur aime la paix, la charité, qu'il ne veut ni rancune ni haine, qu'il a pardonné lui-même à ses bourreaux. Embrassez-Le donc et que tout ce qui s'est passé soit oublié à jamais» (Michel, p. 436).

A propos des catéchistes des campagnes

Plusieurs circonstances favorisent, vers 1846, l'institution de catéchistes dans les campagnes. «Rien n'est plus remarquable que le zèle de ces ex-apprentis qui descendent des quartiers les plus éloignés pour venir, le dimanche, assister aux instructions. A leur retour, un certain nombre d'entre eux se constituent catéchistes et, la semaine suivante, amènent au Père Laval de nouveaux catéchumènes» (Bonnefoy, 12-10-1846).
Enfin, de 1845 à 1850, des centaines de Noirs, qui vivaient à Port-Louis depuis leur émancipation, émigrent vers les districts où ils trouvent des terrains à bon compte ou même gratuitement. Or, il y a parmi eux des persévérants qui, d'eux-mêmes ou avec les encouragements du Père Laval, entreprennent la conversion de leur village d'adoption.
Sur le rôle et l'utilité des catéchistes dans les campagnes, le curé de paroisse rurale que fut l'abbé O'Dwyer a laissé ce témoignage : «Les catéchistes rendent des services immenses... Je suis persuadé qu'un prêtre aidé d'un corps de catéchistes bien organisé ferait plus de bien que deux prêtres sans catéchistes. Son peuple serait mieux instruit, les malades mieux soignés et les scandales plutôt arrêtés ; il y aurait beaucoup plus d'ordre et de régularité dans la paroisse.» Mais le Père Laval a aussi recours à d'autres auxiliaires que les catéchistes. Il a appris à ses chrétiens à ne pas se contenter de prier ; ils savent aussi se prendre en charge pour aider leurs frères dans le besoin.

LES TRESORIERS ET LES CONSEILLERS DE LA CAISSE DES PAUVRES

La forme la plus originale de leur générosité consiste en une Caisse de Charité en faveur des malades dans la misère et des pauvres, œuvre communautaire qui a vu le jour, en 1846, sur une initiative du P. Collin, un des missionnaires venu de La Réunion. Au début du mois, tous les responsables se réunissent avec le Père Laval.
Le trésorier rend compte de la situation de la Caisse ; les conseillers exposent les demandes de secours qui leur sont adressées et l'on décide en commun accord des prochaines distributions. Dans ce conseil, le rôle des femmes est capital car il y a souvent identité entre les conseillères du Trésor des Pauvres et ces conseillères qui consacrent leurs loisirs aux malades de leurs quartiers et qui connaissant toutes les familles, sont au courant de toutes les misères.

Etre solidaire du genre humain

La Caisse de charité n'accorde pas seulement des secours occasionnels ; elle prend en charge des pensionnaires, vieillards ou infirmes sans moyens de subsistance. D'un conseil à l'autre, le trésorier garde assez de liberté pour faire face aux urgences ; pour l'enterrement d'un pauvre, par exemple, il peut fournir un cercueil en bois blanc.

Les principes de la coresponsabilité

Les statuts précisent le rôle du Père Laval : «Le Père aura la surveillance générale ; il veillera avec le plus grand soin à ce que trésorier, conseillers et conseillères remplissent leurs fonctions. Jamais la caisse ne pourra être déposée entre ses mains. Il ne fera lui-même aucune aumône prise sur la caisse ; il renverra toujours aux conseillers et aux conseillères. Le premier dimanche, au cours de la messe, il rendra compte de ce qui aura été reçu et dépensé dans le mois.»

La discrétion dans l'action

Les activités de la Caisse de Charité sont entourées d'une grande discrétion. La presse n'y fera allusion qu'en 1850 ; dans le compte rendu d'une discussion du conseil municipal sur la Taxe des Pauvres, elle citera la remarque d'un ami du père Laval au sujet des missionnaires : «On ignore généralement qu'ils ont fondé une Caisse de bienfaisance à l'aide de laquelle plus de 300 piastres sont partagées mensuellement entre les pauvres.»

Responsabiliser la communauté

Cette œuvre est pour tous une école de solidarité ; elle dote la communauté d'une élite qui, assumant pour une part le rôle des diacres et des diaconesses des premiers siècles de l'ère chrétienne, libère les missionnaires pour des tâches proprement sacerdotales. La Caisse des pauvres exista ailleurs que dans la capitale; malheureusement, ses responsables sont généralement restés dans l'anonymat.

CONCLUSION

Le Père Laval meurt le 9 septembre 1864. La situation religieuse de l'île Maurice est méconnaissable. Les anciens esclaves, qu'il avait trouvés dans le plus total délaissement spirituel, forment une chrétienté fervente. Les Libres qui, pour des motifs à la fois sociologiques et politiques, tournaient leurs regards vers le protestantisme, ont rejoint le giron de l'Église qui les avait baptisés.
Quant aux Blancs qui, par leur voltairianisme et plus encore par leur libertinage, avaient été le principal obstacle à la conversion des Noirs, ils ont été eux-mêmes convertis, moins par l'éloquence d'un prédicateur que par l'étonnant changement de vie de leurs domestiques, voire de leurs maîtresses. Au témoignage de l'abbé Masuy qui, lui, a consacré tout son apostolat aux Blancs, le Père Laval «a été l'apôtre de tous les rangs, de toutes les classes : il a tout fécondé, tout relevé.»

Jimmy Harmon , La Vie Catholique, les 9/15 septembre 2005

L’héritage du Père Laval

9 septembre 1864. Cela fait exactement 141 ans que le Bienheureux Jacques Désiré Laval est mort, après avoir passé des années à œuvrer pour les plus démunis de l’île. C’est dans une grande ferveur que des milliers de Mauriciens lui ont rendu hommage en convergeant vers Ste.- Croix hier soir. Ils étaient du reste très nombreux dans les artères de la capitale et sur la route principale, à Terre-Rouge. Cette année, le pèlerinage avait pour thème “Vinne responsab to legliz couma ene zenfan Per Laval”. Monseigneur Piat qui célébrait la messe, hier soir, a déclaré que Père Laval est parti “en laissant un héritage aux Mauriciens, cela sans aucune distinction de race ou de confession religieuse.”

L'Express, le vendredi 9 septembre 2005

9/08/2005

Les "zenfan Per Laval" convergent vers Sainte-Croix

PÉLERINAGE

C’est sous le thème “vinn responsab to legliz kouma ene zenfan Per Laval”, que le pèlerinage du Bienheureux Jacques Désiré Laval est célébré cette année à Sainte-Croix. Et ils seront des milliers à converger aujourd’hui vers le tombeau de celui qu’on a nommé “l’apôtre des noirs”, et qui mourut le 9 septembre 1864. Sainte-Croix sera au centre d’une série de cérémonies religieuses. Une première messe, célébrée par le père Jacques Piat, est prévue à 18 heures. Dès 19 heures, le renouveau charismatique animera diverses activités. à 20 heures, c’est Mgr Maurice Piat, l’évêque de Port-Louis, qui officiera pour une messe retransmise à la télévision. Suivra à 22 heures, une autre messe, en créole. D’autres encore seront dites, à intervalles d’une heure, et ce jusqu’à 17 heures demain après-midi.

9/06/2005

Vinn responsab to Legliz koman enn zanfan Per Laval

PELERINAGE PERE LAVAL 2005
Relire notre histoire


La Lettre pastorale de Carême 2005 (Vivre ensemble la mission de la paroisse) nous invitait à ne pas nous laisser «accabler par la difficulté» avec la chute du nombre de prêtres et du vieillissement de notre clergé. Alors que l'Eglise mauricienne se penche actuellement sur «la nécessaire coresponsabilité entre prêtres, religieuses et laïcs dans l'accomplissement de la mission de l'Eglise», le thème choisi pour le pèlerinage de cette année «Vinn responsab to Legliz koman enn zanfan Per Laval» nous permet de faire une relecture d'une tranche d'histoire (1841-1856) de notre communauté. Il s'agit de nous inspirer du travail des «auxiliaires laïcs» du Père Laval. Pour le Père Laval, comme pour tous à cette époque-là, la pastorale étant réservée au clergé, les laïcs qui l'aident ne sont que des aides, des prolongements de son action. C'est pourquoi on les a appelés les «auxiliaires laïcs du Père Laval».
Mais aujourd'hui, dans la mise en œuvre d'une «Eglise participative», les laïcs ne sont plus des aides au service des prêtres, mais des collaborateurs qui doivent avoir un ministère propre, adapté à leurs compétences, leurs responsabilités de famille et de travail. On ne peut plus parler d'«auxiliaire» mais de «collaborateurs ou d'associés». Cependant, se pencher sur les catéchistes et «conseillères» du Père Laval peut nous aider à mieux comprendre et vivre notre propre mission.

Cet article est le fruit d'une retraite des laïcs associés en septembre 2004 animée par le Père Bernard Hym. Il reprend de larges extraits de la biographie du Père Laval par Joseph Michel (Le Père Jacques Laval, Le Saint de L'Ile Maurice, Ed. Beauchesne, 1976) et «Les Auxiliaires Laïcs du Bienheureux», du même auteur.
L'APOSTOLAT DU PERE LAVAL
Etre perspicace dans la mission

Premier missionnaire de la Société du Saint-Cœur de Marie, le Père Laval avait pensé qu'il aurait à prêcher des missions à travers l'île, selon les directives de Libermann, son supérieur. Il comprend vite que cette méthode est totalement inadaptée à Maurice. La visite des paroisses des campagnes, immenses et inorganisées, ne donnerait que des résultats superficiels et sans lendemain.
Il voit l'importance du district de Port-Louis où il y a trente fois plus d'habitants qu'à la campagne et c'est de Port-Louis que le meilleur comme le pire rayonne sur l'ensemble du pays. Il restera donc dans la capitale et il commence une pastorale qui se révèlera d'une exceptionnelle efficacité.

Aller à la rencontre des autres

Il contacte en premier ceux qu'il voit chaque jour : les employés de l'église et du presbytère. Il s'assure facilement du concours d'Alphonse Lavoipierre, sacristain et secrétaire de la Fabrique, un jeune blanc instruit, pieux et zélé. La plupart des autres employés sont des affranchis. Tous sont impressionnés par ce prêtre qui vient vers eux avec tant de respect, de douceur et de cordialité ; de plus, ils sont témoins de sa vie si mortifiée, tous sont bientôt gagnés et leur confiance va être contagieuse.
Répondre aux besoins de son temps par fidélité évangélique
Laval habite quelque temps dans le bâtiment du presbytère. Les Affranchis en ont été si souvent repoussés qu'ils hésitent à y venir ; alors Laval fait construire un petit pavillon en bois dans la cour et une porte est bientôt ouverte sur la rue pour y accéder directement (on en voit encore la trace dans le mur du côté du tribunal !).
De neuf heures du matin à quatre heures de l'après-midi, des Noirs y viennent un à un ou par petits groupes. A sept heures chaque soir, une réunion est consacrée à la récitation de la prière et à un catéchisme qui dure jusqu'à neuf heures et demie ou même jusqu'à dix heures ; l'assistance augmente si rapidement qu'en l'espace de quelques mois il faut la transférer du pavillon à la sacristie de l'église, puis de la sacristie dans l'église même, tout au bas, sous les cloches et, enfin, dans la nef.

Ne pas s'accabler face à «la difficulté réelle».

En plus de son travail de «Père des Noirs», il est aussi, depuis 1842, l'aumônier des prisonniers et de l'école d'Irma Lavoipierre. Mgr Collier, à court de prêtres, le charge, en janvier 1843, de l'instruction religieuse de 400 garçons et des jeunes filles d'un pensionnat. De mai 1843 à juin 1845, il doit remplir les fonctions de vicaire et assurer à son tour, c'est-à-dire une fois sur trois, le très lourd service de semaine.
Pour sa part, le P. Laval est venu pour s'occuper exclusivement des anciens esclaves ; et donc il va lui falloir rester seul pour cette mission pendant 5 ans. Comment réussir à s'occuper à lui seul de ses 80 000 paroissiens, répartis sur tout le territoire, sans facilité de communication ? Quant aux prêtres qui sont à Maurice, ils sont trop peu nombreux (et ils ne s'occupent que des Blancs).
Alors, Laval innove : il confie des responsabilités à des laïcs. C'est nouveau, c'est inattendu de confier de telles responsabilités, non pas à des notables, mais à des gens à peine sortis de l'esclavage.

9/05/2005

Les années phares dans sa vie

NAISSANCE
* 18 septembre 1803 : Naissance de Jacques Désiré Laval, au village de Croth, en Normandie, France.
MEDECIN
* 1830 : J. Laval reçoit son diplôme de docteur en médecine.
* 1834 : Le docteur Laval se fixe à Ivry-la-Bataille.
AU SÉMINAIRE
* 15 juin 1835 : M. Laval entre au séminaire Saint-Sulpice.
ORDONNÉ PRÊTRE
* 22 décembre 1838 : Il est ordonné Prêtre par Mgr de Quélen dans la chapelle de Saint-Sulpice.
* 2 février 1839 : Le P. Laval commence son ministère de Curé à Pinterville.
DÉPART POUR L'ÎLE MAURICE
* 19 février 1841 : Le P. Laval quitte Pinterville pour l'île Maurice.
* 4 juin 1841 : Le P. Laval quitte Londres sur le Tanjore, pour l'île Maurice.
ARRIVÉE À MAURICE
* 13 septembre 1841 : Le Tanjore entre dans la rade de Port-Louis.
EN PLEIN TRAVAIL MISSIONNAIRE
* 1841-1845 : Succès auprès des Affranchis, mais grande opposition de la part des Blancs.
* 1847 : Temps de Pentecôte, beaucoup de conversions. Epoque de construction des chapelles. Contribution inégalable des catéchistes et conseilleuses.
* 1848 : Le P. Laval est l'objet de violentes critiques dans les journaux.
LE PAYS RAVAGÉ
* 1854 : Epidémie de choléra.
LE CONFLIT DESARMÉ : L'ÉDUCATION
* 1857 : Lutte pour les écoles.
SANTÉ DÉFAILLANTE
* 7 octobre 1860 : Le P. Laval est frappé d'une crise de thrombose qui le diminue beaucoup.
MORT
* 9 septembre 1864 : Mort du P. Laval. Inhumé dans un caveau à Sainte-Croix.
* 1868-1870 : Le cercueil fut placé dans le crypte Sainte-Lupercile sous le maître autel de l'église de Sainte-Croix.
* 9 septembre 1864 : Le cercueil déposé dans un sarcophage en pierre à l'intérieur du mausolée. Au-dessus du sarcophage : un gisant en plâtre représentant le P. Laval, moulage réalisé par le frère Vital c.s.sp., professeur d'art au collège Saint Louis. Aujourd'hui, le gisant est toujours en place sur le sarcophage, dans le tombeau à Sainte-Croix.
LES RESTES DU PÈRE JACQUES DÉSIRÉ LAVAL ET SA BÉATIFICATION
* 11 mars 1893 : Début du procès canonique de béatification ouvert sous Mgr L. Meurin, s.j., et repris en 1917, sous Mgr J. B. T. Murphy, c.s.sp.
* 2 mai 1923 : Le couvercle du sarcophage fut descellé, le contenu du cercueil identifié. Du Père Laval il ne restait que le squelette. Puis, le couvercle fut scellé encore une fois. Ces scellés n'ont jamais été brisés depuis.
* 1965 : Le sarcophage fut transféré au mausolée en pierre (l'actuel caveau du Père Laval). Les restes du P. Laval reposent toujours à Sainte-Croix.
* 22 juin 1972 : Le Pape Paul VI proclame l'héroïcité des vertus du serviteur de Dieu, Jacques Désiré Laval, l'apôtre de l'île Maurice.
* 29 avril 1979 : A Saint-Pierre, Rome, à la requête de Mgr Jean Margéot, évêque de Port-Louis, au cours de la cérémonie, S.S. le Pape Jean-Paul II proclama J. D. Laval «Bienheureux», fixant sa fête annuelle au calendrier liturgique au 9 septembre, jour anniversaire de sa mort.

Jimmy HARMON, La Vie Catholique, le 8 septembre 2005

Thème 2005 du pèlerinage père Laval

"La responsabilité des baptisés dans la mission de l'Eglise"

C'est autour du thème de la mise en valeur de la responsabilité des baptisés dans la mission de l'Eglise que s'articulera, cette année, le traditionnel pèlerinage au tombeau du Bienheureux Jacques Désiré Laval. L'évêque de Port-Louis, Mgr Maurice Piat célébrera la messe télévisée en direct prévue à 20h00 jeudi prochain, 8 septembre.
Trois autres célébrations sont prévues durant la soirée de jeudi, nommément à 18h00, 22h00 et minuit. Le lendemain, vendredi 9 septembre, jour même de la fête Père Laval, huit autres messes seront dites au sanctuaire de Sainte Croix dont une à 9h00 qui sera radiodiffusée. Le pèlerinage officiel s'étendra jusqu'au dimanche 25 septembre.
Dans la mesure où le pèlerinage s'intercalle, cette année, entre un jour férié prévu jeudi à l'occasion de la fête Ganesh Chaturti et un week-end, des mouvements de foules encore plus importants sont prévus à Sainte Croix. Généralement, le pèlerinage annuel au tombeau du père Laval attire, au minimum, quelque 150,000 pèlerins.
Pratique que l'on retrouve aussi dans la plupart des grandes religions, le pèlerinage, dans la tradition chrétienne, s'inspire, notamment, de la démarche du patriarche, Abraham qui, à l'appel de Dieu, quitte son pays ou encore de la longue marche, dans le désert, du peuple hébreux, sous la conduite de Moïse, fuyant l'esclavage en Égypte en quête de la Terre Promise.
L'Eglise explique que depuis son avènement, Jésus Christ, "le nouveau Moïse" est celui qui mène vers la "nouvelle Terre Promise "qui consiste en une vie intérieure renouvelée. Tout pèlerinage chrétien devrait, ainsi, être une démarche d'introspection en vue de la conversion.
"Vinn Responsab To Legliz Kouma Enn Zanfan Père Laval "est le thème choisi pour le pèlerinage 2005. Ce choix s'inspire de la démarche prochaine du diocèse de Port-Louis d'assurer la formation de" coopérateurs pastoraux "alors que l'on parle, de plus en plus, de manque de vocations sacerdotales et religieuses. A cet effet, l'on cite, dans ce domaine, l'exemple précurseur des" auxiliaires laïcs "du père Laval.
Week-end, le dimanche 4 septembre 2005

8/30/2005

Pélerinage de Pinterville 2005

Le dimanche 11 septembre 2005, à 110 km de Paris, à 35 km de Rouen et à deux kilomètres au sud de Louviers :

10h45 - Départ de la procession
11h - Messe en plein air présidée par Mgr Jacques David, évêque d'Evreux
13h45 - Folklore Mauricien
16h30 - « Salut » du Saint Sacrement à l'église
17h - Bon retour à tous


video

8/03/2005

Aumônier des prisons


Cinq mois après son arrivée à Maurice, le Père Laval écrivait : « Monseigneur a obtenu la permission d’envoyer à la prison un prêtre pour instruire ces pauvres malheureux… C’est sur moi que Notre-Seigneur a daigné jeter les yeux pour cette belle tâche. »

Le 6 janvier 1842, le Père Laval fut alors nommé aumônier des prisons et chargé d’instruire les détenus. Cet apostolat délicat avait été jusque-là complètement négligé. Prosper d’Epinay, président du conseil d’administration des prisons devint un ami du Père Laval qui gagna ainsi l’estime et la reconnaissance des autorités.

La nouvelle prison, inaugurée en 1838, était à cinq minutes de la cathédrale, à gauche de l’Hôtel de Ville. Les quatre-vingt-douze cellules avaient été prévues chacune pour un seul prisonnier. En 1842, chaque cellule hébergeait trois prisonniers. La prison était pleine d’hommes et de femmes aigris par leur sort, endurcis par le mal et il fallait un grand dévouement, une charité inventive et ingénieuse pour vaincre les résistances de ces gens dégradés.

Le Père Laval se rendait à la prison deux fois par jour, à 5 heures et 17 heures pour voir ses amis : les criminels ou les meurtriers, les condamnés à mort, des hommes sans foi ni loi.

Le Père Laval, heureux d’avoir été désigné pour cette « belle tâche », avait le temps de faire quelques prières ou un cantique et une courte instruction à chaque visite. Après les refus et les insultes des premiers temps, ce fut d’abord l’étonnement des détenus devant ses manifestations de tendresse : sa bonté, sa patience, sa bienveillance triomphaient de bien des oppositions !

Le Père Laval précisa : « Après la récitation de quelques prières vocales, je fais une instruction sur les devoirs religieux et moraux qu’ils ont à remplir à l’égard de Dieu, d’eux-mêmes et de la société, insistant d’une manière toute particulière sur les sujets les plus adaptés à leur position, tels par exemple, que les suites funestes de l’inconduite, de l’intempérance, du vol… sur la fuite des mauvaises compagnies… puis je termine par quelques prières vocales ayant pour but de leur obtenir les grâces dont ils ont besoin pour profiter des instructions qu’ils ont entendues. En général, je trouve les prisonniers très respectueux et très attentifs, et il m’a semblé avoir remarqué que les instructions que je leur ai faites ont amené pour la plupart un changement notable dans leur conduite. »

Le missionnaire s’efforçait, avec l’aide d’un interprète, de convertir les condamnés à mort et les accompagnait sur l'échafaud, situé à la Plaine Verte. Là, il se tenait auprès d’eux jusqu’au dernier moment, partageant leur prière et leur faisant baiser la croix.

Mgr Jacques Gaillot

En mai 1982, Mgr Jacques Gaillot, nommé évêque d’Evreux plaça son épiscopat sous la protection du Père Jacques Laval. "J’avais été séduit par le parcours si évangélique de cet homme. Prêtre à Evreux, il partit à l’île Maurice et se consacra aux délaissés de la société : les Noirs. Aujourd’hui encore, j’admire les actes qu’il a eu le courage de poser à son époque au XIXème siècle" précisera Jacques Gaillot, nommé le 13 janvier 1995, évêque de Partenia, diocèse disparu sous les sables au Sahara depuis le Vème siècle, devenu aujourd’hui virtuel et planétaire.
"Il se met sans tarder à apprendre la langue des Noirs : le créole. Il s'installe dans une baraque en planche de deux pièces afin que les Noirs se sentent de plain pied avec lui et chez eux. Il ose faire une messe spéciale pour eux afin qu'ils ne soient pas obligés de se tenir au fond de l'église derrière les grilles quand les Blancs sont là. Il va deux fois par jour à la prison où sont entassés des centaines de détenus dont la plupart ne seront libérés que par la mort.
Au plan social, il crée une mutuelle pour les Noirs, voulant qu'ils se prennent en charge eux-mêmes et qu'une véritable solidarité existe entre eux. Il comprend que ce sont les Noirs qui doivent évangéliser les Noirs et qu'on ne construira pas l'Eglise qui est à Maurice sans partir d'eux .
Ce comportement de Jacques Laval lui coûtera cher. Manifester sa solidarité avec les Noirs était une dangereuse provocation envers les Blancs. Ceux-ci vont détester le Père Laval. Ils vont se dresser contre lui, cherchant à le faire partir de Maurice et même à le tuer."

8/02/2005

L'abbé Laval portant secours à ses paroissiens lors d'une grave inondation

En janvier 1841, l'Eure déborda. Le Père Laval avait réuni dans son presbytère de Pinterville une vingtaine de sans-logis et les châtelains distribuèrent des provisions aux sinistrés. L’abbé Laval mit à leur disposition son cidre, son bois, ses pommes de terre et le linge qui lui restait. Il se décida même à aller porter secours aux habitants d’une pauvre chaumière qui, minée par l’inondation, risquait à tout moment de s’effondrer. L’eau était glaciale, des tourbillons se formaient et le sol détrempé devenait une boue gluante. Le Père Laval, trempé jusqu’aux os et luttant contre les eaux grâce à un cheval emprunté à un cultivateur parvint à mettre tout le monde en sécurité.

L'humilité du Père Laval

Le père Laval redoutait les témoignages d’estime, autant il se plaisait aux humiliations. Lorsque le nombre et la longueur de leurs courses obligeaient les missionnaires à avoir des montures, le Père Laval ne voulut pas de chevaux : « Les chevaux meurent, disait-il, il vaut mieux garder l’argent pour les pauvres et les chapelles. » Ils choisirent donc de modestes bourriquets, qui valurent souvent à leurs cavaliers d’humiliantes avaries. Plus d’une fois dans les rues, une troupe joyeuse d’enfants ou de jeunes gens se moquaient d’eux.

Un jour, après avoir subi les plaisanteries, le Père Laval, à califourchon sur son âne, ses longues jambes traînant à terre, toujours imperturbable et souriant, dit à son compagnon : « N’est-ce pas, Père Thiersé, qu’il est bon d’être assis sur un âne ? Tous les gamins se moquent de nous et même les grandes personnes ; cela nous empêche d’avoir de l’orgueil, cette peste d’orgueil qui se glisse partout. »

Abbé Jean Maurice Labour

En date du 25 juin 2005, le Cardinal Crescenzio Sepe, Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples a nommé Directeur National des Œuvres Pontificales Missionnaires dans l’Océan Indien pour une période de 5 ans (2004-2009) l’abbé Jean Maurice Labour, du clergé de l’Archidiocèse de Port-Louis.
L’abbé Labour est né le 22 novembre 1947, et est citoyen de l’île Maurice. Après ses études à l’Université de Maurice dans le domaine sanitaire, il travailla comme journaliste (1967), inspecteur sanitaire (1968-1970). De 1970 à 1978, il est au grand séminaire, et est ordonné prêtre le 24 juin 1979. Après son ordination, il a eu les charges suivantes : vicaire, curé dans différentes paroisses, responsable des vocations et de l’accompagnement des jeunes en recherche. Depuis 2002, il est Vicaire Général et responsable des relations publiques, responsable de la Pastorale à Agaléga.
Rome, Agence Fides, le 26 juillet 2005.

Hommage à l'abbé Masuy

Dans l'île Maurice de la seconde moitié du XIXe siècle, le mouvement religieux commencé au sein des Noirs ne tarda pas atteindre aussi les Blancs, les milieux fortunés et les classes dirigeantes de l’époque. En effet, les premiers missionnaires des Blancs furent les Noirs, et d’abord les vieux domestiques fidèles qui eux-mêmes eurent une influence positive sur leurs maîtres.
L’apostolat du Père Laval prépara celui du Père Masuy, arrivé en juin 1845 avec deux autres prêtres. L’abbé Masuy, originaire de Belgique et ami du Père Laval contribua à ce changement, comme aussi les autres curés de qualité des paroisses, sous l’impulsion de leur évêque. Des liens forts unissaient le Père Masuy, apôtre de la population blanche de l’époque, au Père Laval, parce que ce dernier considérait que « Blancs et Noirs sont les fils d’un même Père ». C’est propre au Père Laval de ne pas opposer les gens, mais de faire sauter les barrières, entre classes, entre races.

La Congrégation des Sœurs du Bon et Perpétuel Secours fut fondée par Mgr Collier et le Père Masuy. Pendant les longues absences du Père Masuy, c’était le Père Laval qui les guidait. Le Père Laval fondait de telles structures de secours et aimait les animer. Il faut dire que le bon Père inspirait un dévouement inlassable, lui qui allait régulièrement de grabat en grabat dans les abris provisoires et savait trouver les paroles appropriées pour consoler les pauvres.

A cette période, un missionnaire français de passage à Maurice rencontra l’abbé Masuy :
- Montrez-nous, dit-il à l’abbé Masuy, ce Père Laval dont on parle tant dans votre île. J’avais à Saint-Sulpice un condisciple de ce nom.
- Il était aussi de Saint-Sulpice et ce doit être lui !
- Mais savez-vous alors que vous avez un saint parmi vous ? C’était notre distributeur d’aumônes et il y mettait une charité qui faisait notre édification. Un jour, par un froid rigoureux, l’abbé Laval remplissait tout grelottant sa charge journalière ; se présente un pauvre mal vêtu, transi de froid ; le serviteur de Jésus-Christ n’hésite pas, il jette sur les épaules du malheureux son manteau dont il se dépouille et continue sous une bise aiguë ses saintes fonctions.
En ce moment parut le Père Laval :
- Tenez, dit l’abbé Masuy, le voici qui vient à nous dans toute sa gravité et sa sérénité.
- Ah ! vraiment, c’est là ce pauvre Jacques, c’est ce gaillard-là, ajouta-t-il dans sa langue simple et franche.
La reconnaissance allait se faire, mais le Père Laval, devinant le sujet de la conversation des deux prêtres devint invisible : son humilité s’était alarmée et jamais les deux amis ne se revirent.

Il y a 125 ans mourait l’apôtre... des blancs

Le 25 juillet 1880 meurt au presbytère de la paroisse de l’Immaculée-Conception, à Port-Louis, l’abbé Xavier Masuy que d’aucuns et non des moindres considèrent comme l’égal du Père Jacques-Désiré Laval en matière d’évangélisation des chrétiens de l’île Maurice du XIXe siècle. A l’apostolat si fructueux exercé par l’apôtre des noirs répond une évangélisation parallèle et non moins féconde exercée par l’abbé Masuy, missionnaire venu de Belgique pour consolider la présence de l’Eglise du Christ sur la terre mauricienne.

L’abbé Xavier Masuy entre par la grande porte dans l’histoire de Maurice, du moins dans son histoire chrétienne et religieuse, en tant que créateur de la paroisse catholique de l’Immaculée-Conception mais aussi en tant que co-fondateur, avec Mère Augustine (Caroline Lenferna de Laresles) de la Congrégation des sœurs de la charité de Notre Dame du Bon et Perpétuel Secours.

Mais qui est ce Xavier Masuy dont on peut dire qu’on ne rappelle pas en vain ses bienfaits en terre mauricienne ? Il voit le jour le 13 août 1813 à Gilly, près de la ville de Charleroi, dans le diocèse belge de Tournais. Il appartient à une famille très chrétienne, comptant en son sein de nombreux prêtres, religieux, religieuses. Il est ordonné prêtre, le 21 août 1836. Il est successivement professeur au collège ecclésiastique de Binche, vicaire à Dour, curé de Rumes. Sa rencontre avec Mgr Collier sera décisive. Le premier évêque de Port-Louis comprend tout de suite qu’il n’arrivera à rien s’il ne parvient pas à étoffer le clergé plutôt squelettique que lui lègue son prédécesseur, Mgr Morris, vicaire apostolique de Port-Louis. Il parvient à convaincre l’abbé Masuy à travailler pour son diocèse, tout comme il a réussi, quelques années auparavant, à faire venir à Maurice le Père Laval.

Xavier Masuy débarque à Port-Louis le 11 juin 1845. Il est nommé vicaire à la cathédrale Saint-Louis où travaille déjà le Père Laval. Il suit l’exemple de ce confrère exemplaire et se met au service du tout venant, noirs comme blancs. Par la force des choses et en raison d’une répartition du travail sacerdotal à faire, le Père Laval finit par s’occuper plus particulièrement des pauvres et des noirs et l’abbé Masuy des bourgeois et des blancs.
Yvan MARTIAL, extraits de l'article publié dans l'Express le Lundi 25 juillet 2005.

8/01/2005

Un vil métal


Le Père Laval appelait l’argent « un vil métal » et répugnait à y toucher : « Le Père Laval faisait un jour les baptêmes, raconta le Père Thiersé. M. Louis Letard, un riche commerçant de Port-Louis qui n’était pas encore converti, se présenta pour être le parrain d’un enfant.
Lorsque la cérémonie fut terminée, le parrain de l’enfant, en prenant le livre qu’il venait de signer, glissa adroitement au-dessous, comme c’était l’usage des personnes aisées, quelques pièces d’or pour le prêtre. Le Père Laval l’aperçoit, il s’approche et sans mot dire, il saisit vivement la main de M. Letard, lui fait reprendre ses pièces d’or, le mène par le bras vers le tronc des pauvres fixé à un des piliers de la tribune, et lui fait glisser ses pièces d’or dans le tronc sans lui dire une parole et s’en va.


Tout cela se fit en un clin d’œil sans que M. Letard eût le temps de la réflexion. Il était comme pétrifié et n’en revenait pas. Depuis, il fit des réflexions sérieuses qui l’amenèrent au fidèle accomplissement de ses devoirs religieux. » Le parrain en question deviendra chrétien et ami intime du Père Laval. En raison de sa générosité, il sera surnommé le « Négrophile », l’homme des Noirs.

Nouvelle publication à Maurice


Par le mot et l’image, l'auteur nous invite à refaire, pas à pas, le voyage de Jacques-Désiré Laval, de son petit village natal de Normandie, Croth, à l’île Maurice. Après avoir publié en 2003, année du bicentenaire de la naissance de Jacques-Désiré, une bibliographie exhaustive de 240 pages, destinée essentiellement au lecteur français, l’auteur a souhaité présenter dans un petit livre de 32 pages, plus facile d’accès, avec de nombreuses anecdotes et magnifiquement illustré, une nouvelle vie du Père Laval.
Cet ouvrage, aujourd’hui disponible dans toutes les bonnes librairies mauriciennes, nous fait visiter le pays natal de Jacques-Désiré, son départ pour Maurice, sur le Tanjore, sa mission auprès des Affranchis et la construction des premières chapelles : les églises en pierre de Petite-Rivière et de Bambous furent faites sous l’impulsion du Père Laval. L’auteur nous fait aussi partager les années difficiles du Père Laval, en tant que supérieur provincial, les années de choléra, et la fin de sa vie.

Bien sûr, les étapes menant à la béatification de Jacques-Désiré Laval, en 1979, ne sont pas ignorées. Une chose est peu connue : ce fut la première béatification du Pape Jean-Paul II qui nous a quittés en avril dernier. Le Saint-Père avait placé son pontificat sous la protection du Père Laval.
Son successeur, le Cardinal Joseph Ratzinger a pris le nom de Benoît XVI, en référence à Benoît XV qui avait signé, à Rome, le 26 juin 1918, le Décret d’Introduction de la Cause de Béatification et de Canonisation du Serviteur de Dieu Jacques-Désiré Laval.
Alors, n’hésitez pas, procurez-vous ce petit ouvrage, vous ne serez pas déçus !

Livre : "Sur les pas du bienheureux Jacques-Désiré Laval - De sa Normandie natale à l'île Maurice" par Benoît Smerecki.
32 pages, plus de 60 illustrations, Alizio Editions, distribution : Kalizo Limited, imprimé à l'île Maurice.
- Actuellement disponible, au prix de Rs 160, à la librairie du Centre Père Laval, à Sainte-Croix, et dans toutes les bonnes librairies mauriciennes : Bookcourt au Caudan, Papyrus à Grand Baie...
Disponible aussi en France au prix de 7 Euros (frais d’envoi inclus) sur demande au mail suivant : smerecki@orange.fr
- Vente en ligne sur PRICEMINISTER : http://www.priceminister.com

Témoignages :
- « L’évêque (Mgr Maurice Piat) vous remercie de contribuer à faire connaître le Père Laval à travers un ouvrage à la lecture facile et avec des images attrayantes pour un large public. Il souhaite que les Mauriciens et ceux qui aiment le Père Laval puissent, en lisant cette brochure, découvrir et re-découvrir le Saint de l’île Maurice. »
Evêché de Port-Louis, île Maurice
- « La présentation sur arrière fond et l’abondance des photos est très bonne. »
Père Louis Verchère, spiritain, ancien Directeur du Centre Père Laval
- « Il y a des photos nouvelles du Bx Jacques Laval. »
Congrégation du St-Esprit, Allex
- « Merci de tout cœur pour cette brochure, votre travail que je dois dire, qui nous ramène dans les lieux du Bx Père Laval, apôtre de l’unité des Mauriciens, en images. »
Père Guy Rose, aumonerie nationale des Mauriciens de France

Jacques-Désiré Laval (1803-1864)

D'abord médecin puis curé de campagne en Normandie, le Père Laval (1803-1864) fut, pendant les 23 dernières années de sa vie, missionnaire à l'île Maurice. Il fut béatifié par le Pape Jean-Paul II, le dimanche 29 avril 1979, en la basilique de Saint-Pierre de Rome.

A Maurice, la dévotion qui entoure la tombe du bienheureux Jacques-Désiré Laval, à Sainte-Croix, dans la banlieue proche de Port-Louis depuis sa mort le 9 septembre 1864 et qui s’est amplifiée d’année en année en s’élargissant à toutes les couches de la population chrétienne et à toutes les communautés ethniques fait sans conteste, de ce prêtre catholique la figure la plus populaire et prestigieuse de l’île.

Pour en savoir plus : http://site.voila.fr/JACQUES_LAVAL

Livre :
"Jacques-Désiré LAVAL
1803-1864
Itinéraire d'un bienheureux - De sa Normandie natale à l'île Maurice" par Benoît Smerecki
Editions Publibook, 240 pages
Livre préfacé par Mgr Maurice E. Piat, évêque de Port-Louis et le Père Guy Rose, aumônier des Mauriciens de France.

- Disponible à la Librairie de la Fondation d’Auteuil – 40, rue La Fontaine – 75016 Paris
- FNAC : http://www.fnac.com
- AMAZON : http://www.amazon.fr
- PUBLIBOOK : http://www.publibook.com